1

Le projet

posté par Pierre-Philippe le 13-06-2017

Atelier de 4 semaines (novembre 2016 à janvier 2017) adressé aux étudiants de master 1 design graphique de l'Esad•Valence. étudiants: Alexis BOSCARIOL, Maxime BOUTON, Benoît CANAUD, Baptiste BIGNON, Jennifer LEMOY, Elise HODE, Laetitia AYRAULT, Maïa BOUMPOUTOU, Johan CHANEAC, Sarah DISCOURS, Sarah WOODHOUSE. L'atelier a débuté avec l'écriture de protocoles de débats et leurs exécutions dans l'enceinte de l'école. Les 4 semaines se sont cloturées avec 72H de radiodiffusion sur http://point-zero.be. Cette dernière semaine d'atelier a été encadrée en collaboration avec Bna-BBot.


2

Description du projet en date du 19 novembre 2016

posté par Pierre-Philippe le 13-06-2017

Acte de parole (titre provisoire)

Texte introductif? Il ne peut être que multiple. Ou inscrit dans une forme de parole écrite(?) Nous testons.

Le débat, pas la discussion. Dans le sens d’un partage de points de vue, de se débattre, voire de se quereller. Utiliser le design comme un outil. Écrire, designer des programmes. Être utilisateur de ses propres programmes. Prendre la parole. Écrire des programmes qui permettent la prise de parole. Privilégier la parole. La parole incertaine, précaire qui porte “la chair vivante du flux signifiant”. De quoi allons-nous débattre? De l’école, du design, des signes? des signes se débattent. De la ville, de la vie, de la prise de parole? De ce qu’est le design? Ou le rôle du designer? Tiens, une question: le design est il du côté de la discipline ou de l’antidiscipline? Prendre la parole pour désigner? Le design c’est l’écriture du protocole qui amène (qui permet) la prise de parole? Où débattre? Au centre. Et diffuser en multipliant, comme une radio. Un espace qui permet la production d’un discours.


3

Description du projet en date du 5 décembre 2016

posté par Pierre-Philippe le 13-06-2017

Le design comme l’écriture de projet pour la recherche – l’échange, la confrontation et la transmission – de connaissances à travers des programmes de (prise de) parole en collectif. Nous entendons la parole comme acte individuel d’actualisation du langage; le débat comme événement d’activation ou espace de réalisation de ce projet. Le design comme écriture de questions ou écriture de programmes générateurs de problèmes. Se débattre, se quereller, ne pas être poli, questionner les structures. Utiliser le design comme un outil. Écrire, designer des programmes. Être utilisateur de ses propres programmes. En privilégiant la parole. La parole incertaine, précaire qui porte « la chair vivante du flux signifiant ». En tant que designers, un des problèmes qui est posé est comment permettre la diffusion et la réalisation de cette parole sur pour et dans l’École et quels outils numériques utiliser? Parce que le design se situe dans différents champs d’action et se pense à différents niveaux, le projet propose de considérer ce qui est à l’oeuvre en amont dans les processus de design; ce qui relève des intentions, de la formulation des problèmes, de la discussion comme l’essence même du design et, d’autre part, questionne son enseignement en tant que discipline en école d’art.


4

posté par Pierre-Philippe le 13-06-2017